Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 avril 2014 3 09 /04 /avril /2014 10:54

La foi de Hanokh Levin en l'être humain repose sur sa confiance dans le pouvoir immense du théâtre. Le théâtre est l'art qui décrit le mieux l'Homme et son univers et qui, à chaque représentation, offre la possibilité de vaincre la mort. Ainsi se construit l'oeuvre de Levin, dans une interpénétration de la mémoire et de l'imagination créatrice, de la réflexion philosophique et des modèles esthétiques, de l'angoisse et de l'apaisement.

 

Homme de théâtre, Levin représente la souffrance, la douleur, le malheur, la honte, l'humiliation attachés à la condition humaine en créant un violent contraste entre, d'une part, la brutalité et la grossièreté des actions qui se passent sur scène et, d'autre part, la poésie et la beauté avec lesquelles celles-ci sont traduites en mots et en images scéniques.

Nurit Yaari

 

Après avoir raconté les mythes et les rois, les fresques et l'Histoire, nous éprouvions ce besoin de nous éloigner de l'épopée pour s'arrêter et prendre le temps.

Prendre le temps de fragmenter notre théâtre et jouer avec les détails les plus infimes de nos réalités. Nous avons trouvé chez Levin cette capacité à sublimer la réalité charnelle et matérielle, à la hisser dans l'univers de l'art et des idées. Son verbe oblige à se sentir impliqué et éveille chez nous la force et la magie du théâtre.

 

Je vous promets du sang et des larmes

Ca vous pouvez compter sur moi

Et si j'dis du sang et des larmes

Ce sera du sang et des larmes

Et en plus, vous transpirerez.

Hanokh Levin

 

Au commencement il y avait donc le verbe.

Le verbe est devenu matière.

 

La Troupe du Levant

 

Réservations : 07 82 13 21 73

La Troupe et Hanokh Levin

Partager cet article

Repost 0
Published by la Troupe du Levant
commenter cet article

commentaires

Manifeste

On n'entreprend rien, certes, si ce n'est contre le gré de tous. Et, depuis quelques années,
nous avions dû nous accoutumer au murmure des voix décourageantes. Nous avons entendu
les avertissements ironiques des gens de métier auxquels la vie n'a rien laissé que leur stérile expérience,
les prévisions pessimistes des timides et des sceptiques, les conseils des satisfaits enclins à prôner
l'excellence des divertissements dont ils se repaissent, les remontrances des amis sincèrement émus de nous
voir hasarder toutes nos forces à la poursuite d'une chimère.
Mais les mots n'ont point de prise sur qui s'est délibérement sacrifié àune idée, et prétend la servir.
Par bonheur nous avons atteint l'âge d'homme sans désespérer de rien.
A des réalités détestées, nous opposons un désir, une aspiration, une volonté.
Nous avons pour nous cette chimère, nous portons en nous cette illusion qui nous donne le courage
et la joie d'entreprendre. Et si l'on veut que nous nommions plus clairement le sentiment qui nous anime
la passion qui nous pousse, nous contraint, nous oblige, à laquelle il faut que nous cédions enfin:
c'est l'indignation.
Puisque nous sommes jeunes encore, puisque nous avons conscience du but et des moyens pratiques
pour y atteindre, n'hésitons pas.
Que rien ne nous détourne plus. Laissons là les activités secondaires. Mettons nous d'un seul coup en face
de notre tâche. Il la faut attaquer à pied d'oeuvre. Elle est vaste et sera laborieuse.
Nous ne nous flattons guère de la mener à bout. D'autres que nous, peut être, achèveront  l'édifice.
Essayons au moins de former ce petit noyau d'où rayonnera la vie, autour duquel l'avenir fera ses grands apports.

Jacques Copeau/ Registre 1 appels

Création: la fille du général

LAFILLEDUGENERAL

(Hedda Gabler)

origines

L'équipe