Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2014 4 03 /04 /avril /2014 10:19

Cher public,

 

Qu’est-ce qu’un homme ? Qu’est-ce que la vie ? Et, surtout, mesdames et messieurs, à quoi ça rime ?

 

« Qu’est-ce qu’un homme ? Qu’est-ce que la vie ? » Qu’est-ce qu’une mouche ? Qu’est-ce qu’une hémorroïde ? On s’en fiche de savoir à quoi ça rime, on s’en fiche de la terre entière !

 

Mesdames et messieurs, regardez, un homme tombe du haut d’un toit. Les bras écartés, il tournoie dans les airs, son cri se brise et résonne. Vous reculez d’un pas, de peur que son sang vous éclabousse mais, fascinés, vous suivez sa chute et attendez, avec délectation et horreur, l’instant fatal, l’instant unique où son corps heurtera le sol.

N’y cherchez pas un sens ni une morale, contentez-vous d’apprécier le spectacle : un homme tombe et bientôt, il sera mort.

 

C’est par ces quelques mots que nous commencerons notre nouveau spectacle

 

Sixième pièce de la Troupe du Levant

 

Ces mots sont d’Hanokh Levin, auteur Israélien à la voix si puissante et si humaine, qui depuis le début des répétitions en octobre dernier, nous emportent dans le tourbillon survolté d’une désillusion jubilatoire où se succèdent identités et individus prêts à tout pour avoir prise sur l’absurdité de la vie. Comment ne pas nous reconnaître dans ce miroir, drôle et irrévérencieux miroir que nous tend Levin, homme à la bienveillance diabolique ?

Ce miroir nous l’avons pris et nous avons vu « qu’au commencement était le corps. » Nous avons vu le rapport concret, physique, sentimental, entre les êtres humains. Tous les jours, dans nos vies, dans chaque instant, il y a tant d’événements, apparemment infimes, invisibles, éphémères et oubliés mais d’une réalité fondamentale que le prisme grossissant du théâtre éclaire pour faire en sorte que l’ineffable devienne familier.

 

C’est un spectacle ciselé de fables et de tableaux, terribles échantillons humains, que nous nous apprêtons à vous donner. Le temps pour nous de transformer le Vélodrome de Lyon – Parc de la Tête d’Or en théâtre éphémère puis espérer vous accueillir lors des dix représentations qui seront jouées, du 14 au 25 mai à 19h.

 

A vous dont nous avons tant besoin,

Amitiés.

 

La Troupe du Levant

 

Réservations : 07 82 13 21 73

Répétitions de la Sixième Pièce de la Troupe du Levant
Répétitions de la Sixième Pièce de la Troupe du Levant

Répétitions de la Sixième Pièce de la Troupe du Levant

Partager cet article

Repost 0
Published by la Troupe du Levant
commenter cet article

commentaires

Manifeste

On n'entreprend rien, certes, si ce n'est contre le gré de tous. Et, depuis quelques années,
nous avions dû nous accoutumer au murmure des voix décourageantes. Nous avons entendu
les avertissements ironiques des gens de métier auxquels la vie n'a rien laissé que leur stérile expérience,
les prévisions pessimistes des timides et des sceptiques, les conseils des satisfaits enclins à prôner
l'excellence des divertissements dont ils se repaissent, les remontrances des amis sincèrement émus de nous
voir hasarder toutes nos forces à la poursuite d'une chimère.
Mais les mots n'ont point de prise sur qui s'est délibérement sacrifié àune idée, et prétend la servir.
Par bonheur nous avons atteint l'âge d'homme sans désespérer de rien.
A des réalités détestées, nous opposons un désir, une aspiration, une volonté.
Nous avons pour nous cette chimère, nous portons en nous cette illusion qui nous donne le courage
et la joie d'entreprendre. Et si l'on veut que nous nommions plus clairement le sentiment qui nous anime
la passion qui nous pousse, nous contraint, nous oblige, à laquelle il faut que nous cédions enfin:
c'est l'indignation.
Puisque nous sommes jeunes encore, puisque nous avons conscience du but et des moyens pratiques
pour y atteindre, n'hésitons pas.
Que rien ne nous détourne plus. Laissons là les activités secondaires. Mettons nous d'un seul coup en face
de notre tâche. Il la faut attaquer à pied d'oeuvre. Elle est vaste et sera laborieuse.
Nous ne nous flattons guère de la mener à bout. D'autres que nous, peut être, achèveront  l'édifice.
Essayons au moins de former ce petit noyau d'où rayonnera la vie, autour duquel l'avenir fera ses grands apports.

Jacques Copeau/ Registre 1 appels

Création: la fille du général

LAFILLEDUGENERAL

(Hedda Gabler)

origines

L'équipe