Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2014 5 09 /05 /mai /2014 11:27

J-5

 

Six ans et un jour.

Le prochain anniversaire sera celui de l'âge de raison. Paraît-il. Pourvu que non.

La raison sépare le réel de l'imaginaire, le rêve de la réalité, le corps de l'âme. Tout ce que le théâtre ne doit pas faire. Tout ce que l'enfance refuse. Le théâtre c'est l'enfance.

Dans cinq jours c'est la première de la Sixième pièce de la Troupe du Levant. Ce nouveau spectacle marque, je le crois - je l'espère, une étape de vie de troupe. Le temps des questions. Le temps du "pourquoi".

 

"Pourquoi continues-tu à me regarder ?"

"Pourquoi ne cries-tu pas ?"

"Pourquoi ne t'enfuis-tu pas ?"

 

Être déraisonnable. Chercher sans se satisfaire des réponses. Toujours croire que l'évidence est plus évidente encore. Pourquoi ? Parce que...

 

"Vous ne m'avez pas laissé d'eau chaude. / Viens, viens petite, viens te faire tripoter par tonton. / Tenez-moi les joues pour que ma bouche ne se déchire pas, tellement je ris ! / Elle lui ferme amoureusement les yeux. Tous baissent la tête. / Elle crie et gémit, partagé entre son désir et une sourde inquiétude. / Une main frappe, mais derrière il y a toujours autre chose. / Regarder. Regarder. Sans bouger. / Se battre parce qu'il n'y a pas le choix. / Laisser partir son âme jusqu'à ce que l'on soit totalement dégonflé. /... *

 

Six ans, un jour et des questions.

Pourvu que les réponses ne viennent pas trop vite.

Benjamin

 

*Ces phrases d'Hanokh Levin ont servi de thème de recherche théâtrale lors du laboraboire de création de la Sixième pièce de la Troupe du Levant

 

Sixième pièce de la Troupe du Levant au Vélodrome de Lyon
du 14 au 25 mai 2014 à 20h.

Réservations : 07 82 13 21 73

Photos de répétions de la Sixième pièce de la Troupe du Levant - Crédit : Thimothée Jeannotat

Photos de répétions de la Sixième pièce de la Troupe du Levant - Crédit : Thimothée Jeannotat

Partager cet article

Repost 0
Published by la Troupe du Levant
commenter cet article

commentaires

Manifeste

On n'entreprend rien, certes, si ce n'est contre le gré de tous. Et, depuis quelques années,
nous avions dû nous accoutumer au murmure des voix décourageantes. Nous avons entendu
les avertissements ironiques des gens de métier auxquels la vie n'a rien laissé que leur stérile expérience,
les prévisions pessimistes des timides et des sceptiques, les conseils des satisfaits enclins à prôner
l'excellence des divertissements dont ils se repaissent, les remontrances des amis sincèrement émus de nous
voir hasarder toutes nos forces à la poursuite d'une chimère.
Mais les mots n'ont point de prise sur qui s'est délibérement sacrifié àune idée, et prétend la servir.
Par bonheur nous avons atteint l'âge d'homme sans désespérer de rien.
A des réalités détestées, nous opposons un désir, une aspiration, une volonté.
Nous avons pour nous cette chimère, nous portons en nous cette illusion qui nous donne le courage
et la joie d'entreprendre. Et si l'on veut que nous nommions plus clairement le sentiment qui nous anime
la passion qui nous pousse, nous contraint, nous oblige, à laquelle il faut que nous cédions enfin:
c'est l'indignation.
Puisque nous sommes jeunes encore, puisque nous avons conscience du but et des moyens pratiques
pour y atteindre, n'hésitons pas.
Que rien ne nous détourne plus. Laissons là les activités secondaires. Mettons nous d'un seul coup en face
de notre tâche. Il la faut attaquer à pied d'oeuvre. Elle est vaste et sera laborieuse.
Nous ne nous flattons guère de la mener à bout. D'autres que nous, peut être, achèveront  l'édifice.
Essayons au moins de former ce petit noyau d'où rayonnera la vie, autour duquel l'avenir fera ses grands apports.

Jacques Copeau/ Registre 1 appels

Création: la fille du général

LAFILLEDUGENERAL

(Hedda Gabler)

origines

L'équipe