Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2012 4 27 /09 /septembre /2012 14:28

La candidature de la Troupe du Levant à la direction du Théâtre du
Point du Jour
répond à l’appel d’une nécessité ; le besoin essentiel pour les compagnies lyonnaises, repérées par le réseau des Scènes Découvertes notamment, d’espaces de travail, d’espaces de représentations pour avancer dans leurs travaux, donner d’avantage d’ampleur à leurs expressions.

Ici, à Lyon, combien de compagnies – encore jeunes mais plus vraiment émergentes – peuvent présenter leur travail dans la Célestine devant le public lyonnais ? Ici,  à Lyon, combien d’équipes – ayant déjà créé deux ou trois spectacles dans les Scènes Découvertes – peuvent éprouver leur parole ne serait-ce que dans le studio du Théâtre de la Croix-Rousse ?

Aucune.

Quelle est donc, dans notre ville, la possibilité d’une « étape 2 », celle qui offre la richesse de se développer au-delà d’une salle de cinquante places ?

Nous n’avons que deux alternatives.

La première : quitter Lyon à la recherche de théâtres « de bonne taille », ni trop grands ni trop petits. Mais alors, c’est accepter de s’éloigner d’un travail de terrain sur le territoire lyonnais auprès des habitants, des publics éloignés et de ceux de demain.

Inventer et réinventer de nouveaux espaces, c’est la seconde. Alternative qu’a choisie la Troupe du Levant depuis 2008 par la construction de théâtres éphémères dans la Cité. Ce choix, permettant de rester sur Lyon, de fidéliser un public, oblige à des réalités financières difficiles. Les coûts d’équipements et de sécurité passant avant les salaires, l’avenir se révèle hasardeux. Et ces lieux, sans image théâtrale, souffrent d’absence de visibilité auprès des Institutions et des programmateurs, ce qui met sérieusement à mal la pérennité du travail.

Alors oui la place de l’artiste est auprès des citoyens, dans la Cité.

Oui, il manque un lieu de création et de diffusion pour les compagnies « post-émergentes ». Un tel lieu est absolument nécessaire. Ici à Lyon il est urgent.

Au dérisoire où nous sommes, nous opposons un désir, une aspiration, une volonté. Il est possible aujourd’hui, au Point du Jour, d’assurer la transition entre les Scènes Découvertes et les Scènes Régionales ou les Théâtres de ville.

Nous sommes jeunes encore et nous avons conscience des moyens pratiques pour y atteindre.

C’est l’objet de notre candidature.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by la Troupe du Levant
commenter cet article

commentaires

Manifeste

On n'entreprend rien, certes, si ce n'est contre le gré de tous. Et, depuis quelques années,
nous avions dû nous accoutumer au murmure des voix décourageantes. Nous avons entendu
les avertissements ironiques des gens de métier auxquels la vie n'a rien laissé que leur stérile expérience,
les prévisions pessimistes des timides et des sceptiques, les conseils des satisfaits enclins à prôner
l'excellence des divertissements dont ils se repaissent, les remontrances des amis sincèrement émus de nous
voir hasarder toutes nos forces à la poursuite d'une chimère.
Mais les mots n'ont point de prise sur qui s'est délibérement sacrifié àune idée, et prétend la servir.
Par bonheur nous avons atteint l'âge d'homme sans désespérer de rien.
A des réalités détestées, nous opposons un désir, une aspiration, une volonté.
Nous avons pour nous cette chimère, nous portons en nous cette illusion qui nous donne le courage
et la joie d'entreprendre. Et si l'on veut que nous nommions plus clairement le sentiment qui nous anime
la passion qui nous pousse, nous contraint, nous oblige, à laquelle il faut que nous cédions enfin:
c'est l'indignation.
Puisque nous sommes jeunes encore, puisque nous avons conscience du but et des moyens pratiques
pour y atteindre, n'hésitons pas.
Que rien ne nous détourne plus. Laissons là les activités secondaires. Mettons nous d'un seul coup en face
de notre tâche. Il la faut attaquer à pied d'oeuvre. Elle est vaste et sera laborieuse.
Nous ne nous flattons guère de la mener à bout. D'autres que nous, peut être, achèveront  l'édifice.
Essayons au moins de former ce petit noyau d'où rayonnera la vie, autour duquel l'avenir fera ses grands apports.

Jacques Copeau/ Registre 1 appels

Création: la fille du général

LAFILLEDUGENERAL

(Hedda Gabler)

origines

L'équipe